Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Aidez le forumAidez le forum  

Partagez | 
 

 Vos textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Fadeyrys
Invité



MessageSujet: Vos textes   Dim 08 Mai 2005, 20:57

Pour reprendre un post qui existait déjà sur les deux anciens VDN, mettez ici vos textes personnels.

Pas de liens vers des blogs par contre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Dim 08 Mai 2005, 21:00

Un conte que j'ai écrit pour un concours de littérature...

La princesse des glaces


Dans une contrée lointaine, vivait une belle jeune fille. Sa beauté était inégalable. Elle avais des yeux d’émeraudes et de fines lèvres rosées, le tout sur un teint pâme qui ressemblait à de la neige fraîchement tombée. Cette beauté de la nature portait le nom de Eléonore.
Eléonore était la fille du seigneur de cette contrée et était aimée de tous. Son caractère généreux et sa gentillesse faisait d’elle la princesse la plus pure qu’il soit. Mais malgré tout cela, Eléonore souffrait. Elle souffrait car son père était, lui, un vrai tyran. Il maltraitait les habitants du royaume, envoyait de jeunes enfants guerroyer juste pour être en surnombre face à l’ennemie, mais le pire de tout fût ce qu’il imposa à l’adorable Eléonore.
Voulant que son royaume reste le plus puissant, il décida qu’elle n’aurait le droit de choisir son époux que parmi ceux que lui, lui choisirait. Mais Eléonore avait elle aussi son petit caractère, et elle voyait les choses d’un autre œil. C’est pourquoi chaque fois qu’un prétendant se présentait devant elle, elle agissait telle une vraie peste. Un jour fou de rage son père se lassa de son comportement et lui demanda pourquoi elle qui habituellement était si douce et obéissante, repoussait chacun des chevaliers qui lui avait été présenté. Eléonore prit alors son courage à deux mains et répondit :
« Père, si j’agis ainsi c’est parce que je veux pouvoir choisir seule celui qui deviendra mon époux. »
Le Roi fût furieux et ordonna par punition qu’on enferme sa fille dans la plus haute tour du château. Et pour être sûr que personne ne vienne la délivrer, il fit venir une vieille et hideuse sorcière à qui il demanda de jeter un terrible maléfice. La sorcière jalouse de la beauté et de la popularité de la jeune princesse n’hésita pas un seul instant et lança son plus puissant sortilège sur sa pauvre victime. Le Roi, curieux, demanda donc à la vieille ensorceleuse quel fût ce sort mais la vieille harpie ne lui donna pour réponse qu’un grognement suivi d’un étrange conseil :
«Envoyez un de vos gardes à la rencontre de votre fille et vous verrez la puissance de ce sort ».
Puis elle disparu dans un nuage magique.
Le Roi envoya donc porter de quoi manger à la belle et quelle fût sa surprise quand à peine la porte fût ouverte que le garde fût transformé en un bloc de glace.
De nulle part, une terrible voix retentie alors :
« Tu vois maintenant la puissance de mon sort ? Quiconque la regardera dans le blanc des yeux sera transformé en glaçon géant ».
De peur de se faire lui-même transformer, le Roi ordonna que plus jamais personne excepté les gardes chargés de nourrir Eléonore, ne devrait approcher la porte de la Tour.
Ainsi les jours passèrent et Eléonore demeurait dans sa grande tour avec pour seule compagnie, les rats qui venaient ronger les restes de ses repas.
Puis un beau jour, alors que Eléonore pleurait de désespoir, elle entendit quelqu’un lui parler derrière la haute porte en bois.
« Bonjour douce princesse. Pourquoi pleurez-vous ainsi ? »
Eléonore surprise, cesse de sangloter et répondit d’une voix tremblante :
« Je verse des larmes pour l’amour que je ne rencontrerais sûrement jamais
-Pourquoi dire cela belle ? Peut-être votre doux prince charmant se trouve-t-il derrière cette porte qui nous sépare vous et moi ?
-Mais derrière cette porte il n’y a que vous sire !
-Justement gente demoiselle. »
Ainsi tout deux parlèrent pendant des heures jusqu’à la nuit tombée. Et ainsi tous les jours, le jeune chevalier revenait porter la nourriture de la belle princesse et restait pour lui conter longuement ses voyages, ses conquêtes et autres actes de bravoures digne du brave chevalier.
Un soir avant de partir, le jeune homme s’approcha de la porte et murmura.
« Princesse, j’aimerai vous voir avant de partir. Savoir à quoi ressemble celle pour qui mon cœur bat »
Celle-ci refusa dans un premier temps, mais tellement ce dernier insista qu’elle finit par céder.
La porte s’ouvrit et le chevalier vit sa belle, là, assise sagement sur un vieux ballot de paille, les yeux fixant sur le sol.
« Pardonnez moi seigneur, mais je ne peux vous regarder sous peine de vous changer en être de glace.
-Mais ma douce, qui vous a fait telle horreur ?
-C’est la vieille sorcière de la forêt, répondit-elle, sous ordre de Père.
-Belle, je pars dès maintenant quérir de quoi vous sauver de votre fléau. Je ne reviendrai pas tant que je ne s’aurais que faire. »
Le chevalier referma la porte sans même attendre de réponse et partit seller son destrier. Puis il chevaucha et chevaucha encore pendant des jours, puis des mois, et enfin des années.
Le Roi mourut et la belle Eléonore maintenant adulte régnait sur la vaste contrée toujours enfermée dans sa tour, le Roi ayant interdit quiconque de l’ouvrir même après sa mort. Eléonore vieillit au fil du temps et bientôt elle devint une vieille femme. Alors qu’elle sentait la mort venir, elle supplia le garde chargeait de veiller sur elle de la laisser revoir une dernière fois, l’éclat de la pleine lune. Par pitié, celui-ci accepta. Eléonore traversa alors tout le château les yeux baissaient, de peur de transformer un pauvre innocent. Puis elle se dirigea vers la rivière au fin fond de la forêt, là où elle pourrait mourir tout en observant le bel astre solitaire. Elle s’allongea pour attendre que la mort daigne venir la chercher. Ses yeux se fermaient lentement lorsqu’elle entendit un bruit venant au loin. Elle se releva lentement avec le peu de grâce que ses vieux os lui permettaient d’avoir et elle guetta la nuit noire. C’est alors qu’elle vit un grand destrier boitant, chevauché par un vieux chevalier.
« Qui êtes-vous ? Arrêtez-vous ! Je refuse que vous avanciez, vous risqueriez de mourir glacé.
-Mais belle Eléonore, c’est moi, votre dévoué chevalier. Certes je ne suis plus aussi jeune et aussi beau, mais je suis revenu.
Princesse, je suis désolé, je vous avez promis de revenir avec de quoi guérir vaut maux hélas aucun remède n’existe.
-Ce n’est rien brave chevalier, je ne vous en veux guère. De toute façon, je savais un fin fond de moi-même que rien ni personne ne pouvait me sauver.
-Princesse, je n’ai cessé de penser à vous et j’aimerai que vous m’accordiez une seule et unique chose.
-Quelle est-elle seigneur ?
-Princesse, je suis votre dévoué chevalier et rien, même pas un simple maléfice m’empêchera de vous aimer. Ma mie, nous allons tout deux mourir, autant que ce soit dans la joie de nos deux cœurs réunies. »
Le chevalier descendit de sa monture et s’approcha de sa belle. Il enlaça Eléonore puis lui leva la tête pour contempler ses deux pierres précieuses qui luisaient telles deux étoiles, et enfin il l’embrassa. Eléonore sentit son cœur ralentir tout en voyant son bien-aimé geler. Ainsi moururent la princesse des glaces et son bel amant.

Une vieille légende raconte que si vous vous promenez un soir de pleine lune au bord de la rivière dans la forêt de la contrée des glaces, vous pourrez sentir un froid glacial vous parcourir en faisant apparaître les deux amants enlacés auprès de leur brave destrier…


Dernière édition par le Jeu 26 Mai 2005, 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alucard
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Age : 35
Localisation : Partout et Nulle part...
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Lun 09 Mai 2005, 08:56

On dirait du andersen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Lun 09 Mai 2005, 10:44

Connais pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Grand Prince et futur calife
Grand Prince et futur calife


Nombre de messages : 2312
Age : 33
Localisation : ici, ailleurs...partout
Famille :
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Lun 09 Mai 2005, 10:45

ce doit etre un compliment!!!

_________________
Un monde en paix n'a pas besoin de héros, alors je déclare la guerre a mille lieues alentour

membre du FQNPVTEQSB (Front Qui N'a Pas Vu Twilight Et Qui S'en Balance)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gangrene-jdr.forumactif.com/index.forum
Malaïka
Vampire Littéraire
Vampire Littéraire


Nombre de messages : 453
Age : 223
Localisation : dans ma crypte avec mes hurlements
Famille :
Date d'inscription : 27/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Lun 23 Mai 2005, 15:52

[Déplacé] Poème de crazyangel : love ,etc.........:poème

viens ,entre vite et fermes les rideaux........
fais taire le bruit assourdissant de ce taudis.....
assieds toi sur le fauteuil,regardes moi...
ecartes les bras et les cuisses...
je vais nouer tous ces rubans...

fermes les yeux,et laisses toi porter...
je sens ta langue qui sur mon sein glisse...
mes doigts qui caressent tes cuisses......
tes yeux qui s'enhardissent au creux de moi......

autour de toi ,nous sommes trois.......
mais moi je n'en veux qu'a ta bouche....
mais elle ,ce sont tes seins qu'elle touche..
et l'autre en bas n'en parlons pas..

jamais tu ne t'es sentie si détendue..
pour toi ici ,le nirvana ce sera........
et quand j'en aurai fini avec toi....
les deux autres seront mortes..

il ne restera plus que moi............
pour profiter de tes absences............
ensemble atteindre la jouissance..........
viens ,contre moi............

que le temps défiles a toute allure...
je disparais sous ta cambrure.......
encore ,reviens encore en moi......
et ton essence,coule sur moi..........

bip bip...........remettez le casque et les électrodes en place.....
votre séance de virtual love est terminée........
y'a tout ce qu'il faut pour se laver dans le cagibi........
a tres bientot...et n'oubliez pas "etre seul ,ça n'existes pas".........
_________________

_________________
Recueil d'histoires vampiriques : Les Anges de l'Ombre aux Editions du Petit Caveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m.malaika.free.fr
Fadeyrys
Invité



MessageSujet: Re: Vos textes   Mar 24 Mai 2005, 18:42

Le sonnet du silence


Vivre dans un cauchemar que vous nommez rêve
Que je n'appelle pas pour le mieux dérober
A l'image exhastique de ses grands yeux fermés
Parce que ce qui me sauve est ce qui m'achève

Et tout à mon coeur est étranger comme un cri
Dans un ultime silence où l'abïme se meurt
Tout est néant, tout est vide, tout est bruit
Pour lui en qui résonne l'écho de ses peurs

Mourir par le Doute ou contre lui s'élever
Dans un dernier combat sans vaincu ni vainqueur
Avancer encore sur un chemin désolé

Ne rien craindre pour moi-même mais seulement pour sa vie
Arracher à la trame des destins brisés
Il n'y a que dans les ténèbres que le temps fuit.
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 26 Mai 2005, 14:59

Ce que nous vivons est la meilleure des inspirations. Voila une phrase qui me vient à l'esprit pour décrire la raison d'un tel texte. Tout comme la princesse des glaces je me suis inspirée de choses vécuent. Après pour ce qui est réel ou non, je laisse libre court à votre imagination...

L'âme perdue...


Bien que beaucoup me connaisse sous le pseudonyme de Louve Noire, mon nom est Cael Cindar. Et je pense être la seule de mon espèce. Et oui je ne suis pas vraiment humaine. Je suis ce que j’appelle moi, une âme perdue. Je ne sais pas d’où me vient ces particularités mais elles font de moi, ce que je suis, un être différent, un monstre. Les Dragons, les Esprits et les Démons me parlent et mon cœur leur répond. C’est à travers ce contact que j’ai su ce qui allait arriver à cette terre dans très peu de temps.
Pendant des années, que dis-je des siècles, les Dragons ont veillé sur cette planète. Mais le cœur et l’esprit des Hommes les ont anéanti lorsqu’ils ont cessé de croire en eux. Mes amis ailés ont donc continués à vivre dans un autre monde, tout en liant des liens avec ceux qui toujours cru en eux. Je fais partie de ces êtres et c’est pour cela que les Dragons m’aident dans ma dure tâche. Tout comme eux, j’erre depuis des siècles sur cette terre. Chaque réincarnation me permet de trouver des indices pour parvenir à mes fins. Ma quête est longue et pénible, et les ennemis que je croise font tout pour me ralentir. Mais rien ni personne ne parviendra à m’empêcher totalement de finir ma tâche afin de libérer mon âme pour qu’elle puisse enfin rejoindre celle de mon bien-aimé.

Si je suis coincée entre ces deux mondes, c’est parce que des êtres démoniaques préparent leur entrée afin d’assouvir cette terre. Lorsque j’ai appris ceci de la bouche d’un de ces êtres des ténèbres, je pensai que toute était perdu et que nous étions tous condamnés à une mort certaine. Mais un être plein de sagesse vint à moi pendant mon sommeil et me conta une histoire. Une histoire qu’il avait vue, dans ses pensées. L’histoire de deux êtres, l’un noir comme le jais et l’autre perdue tout comme moi, dans une solitude et une mélancolie infinie. Et c’est cette histoire que je vis, c’est cette histoire qui à cette terre me lie, et c’est cette histoire que je vais vous conter…

Depuis toujours le Bien et le Mal combattent dans une incessante guerre, tels les vampires et les loups-garous, les anges de lumière et les anges des ténèbres, les sorciers du Bien et les Nécromanciens…
Comme beaucoup le savent il est impossible pour une sorcière (même du Bien) de tomber amoureuse. Pourtant ce vieil être sage m’expliqua que l’alliance d’une sorcière et d’un être des ténèbres pourrait stopper l’invasion des Démons. Il m’ordonna donc de partir à travers les siècles, à la recherche d’une sorcière dont le cœur serait plein d’amour mais aussi de désespoir et un être noir dont le cœur serait aussi triste qu’une nuit sans étoile.
Accompagnée spirituellement par des Esprits et Cilène ma Dragonne Familière, j’entamai alors ma dure quête.
Je vis défiler les siècles mais jamais je ne trouvai aucuns êtres tel que m’avait décrits le vieux sage. De plus une chose avait été oubliée par mon guide : chaque fois que je me réincarnais, je perdais totalement les connaissances que j’avais acquise. Ainsi après chacune de mes morts, je revenais au point de départ, oubliant même ce que j’étais moi-même.
De nos jours, bien que je ne sois pas à mon maximum, j’ai acquis une grande sagesse et beaucoup de connaissances, notamment la présence de Cilène, la capacité de parler aux Démons, Dragons et Esprits. Mais hélas je ne sais toujours pas ce que je suis… C’est pourquoi je me nomme « âme perdue ».
Tout ceci peut paraître dramatique, mais une chose fait que je ne perde pas totalement espoir : j’ai enfin trouvé les deux êtres que je cherchais depuis tant d’années.
La petite sorcière est d’une beauté rare. Et bien qu’elle ne soit pas consciente de la totalité de ses dons, je ressens en elle une puissance indescriptible.
Quant à l’être noir, il s’agit en fait d’un ange, d’un ange noir… La peine qu’on lisait au fond de son cœur était bien plus grande que je l’aurais imaginé. Tout comme la petite sorcière, il ignore encore le pouvoir qui ait en lui.
Je ne pensais pas réussir vu que je suis devenue un être à l’aspect jeune et fragile. Mais un peu d’aide de la part du destin m’a permis d’évoluer dans ma tâche. Oui les deux êtres se sont connus sans mon intervention et s’aime plus que tout. Je sais ce qu’est un tel amour, pour l’avoir moi-même ressentit un jour, lorsque l’élu de mon cœur était encore de ce monde…
Ayant réussit ma quête je pensai donc que l’attaque démoniaque serait terminée mais je me suis une fois de plus trompée. Bien que l’être du Bien et celui du Mal s’aiment, les Démons peuvent encore pénétrer dans ce monde et peuvent encore le détruire.

Que faut-il faire pour tout stopper vous demandez vous ??? Et bien je n’ai pas la réponse à cette question. Tout ce que je sais c’est que mon âme ne pourra pas quitter ce monde tant que je ne parviendrai pas à finir ce pourquoi je suis là. Ainsi jamais elle ne pourra retourner auprès de celui qu’elle aime, et qui l’aime.
Mon âme est là pour vous aider sans jamais connaître le mot AIMER…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Mar 31 Mai 2005, 13:09

Voila la suite de l'âme perdue...


Que faut-il faire pour tout stopper vous demandez vous ??? Et bien je n’ai pas la réponse à cette question. Tout ce que je sais c’est que mon âme ne pourra pas quitter ce monde tant que je ne parviendrai pas à finir ce pourquoi je suis là. Ainsi jamais elle ne pourra retourner auprès de celui qu’elle aime, et qui l’aime.
Mon âme est là pour vous aider sans jamais connaître le mot AIMER…


Les jours passent mais rien ne change. Les Démons préparent toujours leur entrée sur cette planète où les Hommes se haïssent, guerroient et s’entretuent sans même savoir que demain sera l’aube d’un jour nouveau. J’ai beau imploré l’aide des Dieux, aucun ne m’entend… Pourquoi m’ignorer autant ? Suis-je morte pour que personne ne daigne me venir en aide ? J’aimerai tant parvenir à suivre cet Ancien Code que les Dragons suivent… Mais seule je ne peux rien. Je suis une âme perdue jeune et impuissante face à tant de cruauté.
J’ai appelé le Grand Sage mais tout ce qu’il m’a donné comme réponse était de voir au fond de mon cœur. Hélas mon cœur est noir, triste et solitaire. Rien d’autre n’apparaît pouvant éclaircir ce couloir si noir, ce néant si effrayant… une fois de plus je suis seule.

Lorsque tu étais encore à mes côtés tu me disais que lorsque j’aurai besoin de toi il fallait que je regarde les étoiles et ton cœur m’entendrait. Aujourd’hui la nuit est étincelante et même la lune brille de mille éclats mais toi tu ne m’entends pas. Pourtant je cris ton nom… mais rien…sauf l’écho de ma voix… qui ne me revient triste et solitaire…comme ce cœur qui bat en moi et que j’aimerai percer de ma lame…
J’aimerai tant que tu sois là auprès de moi. Tu saurais quoi faire, tu saurais me guider, comme tu l’as toujours fait jusqu’à ce jour…
Maintenant je suis seule contre tous. Même Cilène m’a abandonné… Je n’entends plus ta voix, je n’entends plus sa voix, je n’entends plus rien…

Maintenant la nuit est calme…trop calme…
Les oiseaux se sont tuent, les loups ne hurlent plus, même le vent a cessé de chanter sa douce mélodie dans les feuillages du Grand Chêne. Est-ce un signe ? Il m’a fallu peu de temps pour comprendre que ce qui les avait fait tous se taire était ce géant monstre derrière moi.
Cet être aux ailes brûlées et entaillées de toutes parts m’observe en silence du haut de ses 1m90. Je suis terrifiée. Je le savais puissant mais bien que mon imagination soit débordante, je ne le voyais pas ainsi… Sa voix est grave et roque tel le souffle d’un jeune veau.
Le Démon ne bouge pas, il semble attendre quelque chose, mais quoi ?

C’est alors que les paroles du vieux sage me reviennent. C’est au fond de mon cœur que je trouverai la réponse. Maintenant je sais ce qu’il voulait dire. La réponse n’est pas quelque chose que je pouvais trouver dans mon cœur mais C’EST mon cœur !
Le seul moyen de tout stopper serait donc mon sacrifice… Mais pourtant…si les Démons viennent à obtenir l’être que je suis, n’est ce pas là un grand danger pour cette Terre et ses habitants ? La puissance de mes dons ne serait-elle pas portail de cette apocalypse ? J’hésite…je ne voudrais pas voir mes amis mourir…
Et ces deux êtres que je devais réunir, quel rôle ont-ils dans ce dénouement stupide ? Tant de questions restent sans réponses…

La voix du Sage résonne dans ma tête. Est-ce une illusion, ou est-ce vraiment lui ? Et si c’était le Démon qui se jouait de moi ? Je ne sais plus que faire… Je suis perdue dans ma tête comme dans mon cœur…
Si quelqu’un m’entend, qu’il me vienne en aide ! Je vous en prie…
Agenouillée là devant ce monstre démoniaque, je sens une chose froide glisser sur mes joues. Bientôt cela vient mourir sur mes lèvres sèches. C’est salé…c’est humide…ce sont des larmes… je pleure…
J’aimerai aider mes amis en m’offrant en sacrifice à ce monstre mais une chose m’en empêche…mon âme…
Qu’adviendra-t-il d’elle ? Sera-t-elle enfin libre ? Je ne le crois pas… En me donnant à ce démon, je ne ferai qu’engendrer la naissance de l’être suprême du Chaos. Mon sang le ramènera à la vie et c’est alors que ce long combat sera en vain…

Mes pensées s’éclaircissent avec cette peur que je ressens au fond de moi. Je me relève résignée et alors que je m’approche du monstre, un flash me parcourre l’esprit. Je viens enfin de comprendre pourquoi le Sage voulait que je trouve les deux amoureux. Il savait que je ressentirais un sentiment fort pour cet ange noir…il savait que je l’aimerais. Mais sa clairvoyance lui avait montré que la petite sorcière et ce dernier s’amouracheraient. J’ai été éduqué par les Dragons, et le Code m’interdis de faire souffrir un autre être…
Ce vieux guide savait que j’étais la clef pour refermer les portes de ce monde. Et maintenant je comprenais ses intentions… ce n’est pas m’offrir en sacrifice qu’il fallait que je fasse, mais que je me donne moi-même la mort. Ainsi mes pouvoirs disparaîtraient et personne, pas même ces Démons ne pourrait s’en servir contre cette terre…

C’est donc cela vieux Sage que tu voulais ! Seulement tu savais que je n’en ferai rien car ce que je désire plus que tout, ce soit que mon âme rejoigne les étoiles, là où m’attends mon amour…
Il fallait que quelque chose me pousse à agir… et c’est ce couple qui fût le détonateur. Voir cet ange noir partir loin de moi pour aimer cette belle et douce sorcière me ferait forcément souffrir… Tu as bien pensé vieux Sage…
D’autres larmes viennent se poser sur mes joues. Elles sont le vestige de toute ma souffrance… mais très vite la bise vient les glacer me faisant frissonner. Mon ennemi est calme, son souffle ne s’entend presque plus. Il reste là en silence, à m’attendre.
Bien que je tienne ma dague dans la main droite, il ne semble pas se douter de mes intentions. Je la lève comme pour la jeter à ses pieds, geste que quelqu’un qui capitule face à l’ennemi ferait… mais cette fois c’est lui qui se trompe. Je lève alors la tête et tout en regardant les étoiles scintiller, j’enfonce cette dague forgée par les Dragons, au fin fond de mon cœur.

Le vent souffle fort dans mes cheveux les faisant virevolter dans le ciel. Le sang coule abondamment de la plaie. Je m’écroule. Je ne souhaite à cet instant qu’une seule chose…que le vieux Sage ne se soit pas trompé. L’être démoniaque est furieux… il sait ce que ma mort signifie. Il en est fini de leur « conquête de la Terre ».
Je me mets sur le dos pour pouvoir voir une dernière fois les étoiles et la lune qui est pleine…
Pardonnez moi mes amis…je l’ai fait pour vous…pour que vous viviez…pour que vous vous aimiez…pour enfin être libérez…
Mon corps disparaît alors ne laissant que mon âme qui doucement s’envole… elle rejoint les étoiles…elle rejoint celui qu’elle aime et qui l’aime…


Bien qu’on me connaisse sous le pseudonyme de Louve Noire, mon nom est Cael Cindar. J’étais la seule de mon espèce…mais maintenant je ne suis plus seule…car je suis avec toi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilah
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé


Nombre de messages : 383
Age : 43
Localisation : Pas loin
Date d'inscription : 27/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Mar 31 Mai 2005, 13:39

Poème de moi lol :

Toi qui vis dans le noir,
Et fait de la nuit ton rempart.
Refusant la main qu’on te tend
Par amour de ce mal lattent.

Tes appels se noient,
Dans ce magma sans foi.
Tu voudrais crier,
Mais ne fais que sombrer.

Ta vie tu l’imagines ailleurs,
Décomptant les heures,
Te rapprochant du départ,
Vers ce monde sans fard.

Tu cherches à comprendre
Le pourquoi des méandres
Toi qui toujours marche droit
Sans jamais hausser la voix.

Serais tu le seul à voir
Derrière le miroir
Connaître la vérité
En faire ton alliée.

Regarde autour de toi
Rien ne changera.
On ne voit ta différence
Car s’attardent sur l’apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dianembule
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé


Nombre de messages : 199
Age : 30
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Dim 19 Juin 2005, 18:39

La dernière valse

minuit approcher .Les éclats de rires et les cris de joies firent place a un calme reposant ,un silence de mort mais vite troubler par les tintements des cloches de la vieille église.Le derniers tintement avait à peine retentit ,qu'une musique se fit entendre .Elle n'avait rien de normal et sembler venir d'un autre monde .

troubler dans son sommeil par cette musique ,une jeune fille ce leva et ce mit en tête de trouver l'origine de cette musique .Elle enfila un blouson et mit ces chausson .Elle sorti de sa chambre muni d'une lampe torche et parcourit le couloir sombre et silencieu ,elle descendi l'escalier ,ouvri la porte d'entrée . Dehors ,la rue était déserte , les réverbères joués à s'éteindre et s'allumer tandit que des chauve-souris virvoltaient au dessus d'eux dans un majestueux ballet acrobatique .Une brise caressa le visage de la jeune fille et après quelques minutes elle trouva ce qu'elle chercher .

plus en avancait et plus la musique devener forte et distincte .L e sang de la jeune fille se figea , des sueur froide lui coulairent le long du dos .
L amusique était lugubre ,terrifiante et venait du cimetière .

L acuriosité de la jeune fille l'emporta sur sa peur ,elle pénétra dans le cimetière et marcha jusqu'au centre du lieu .Un froid glacial lui monta le long du corps ,ses cheveux s'hérissèrent sur sa tête .Le cimetière était désert ,elle s'apprêtait a partir quand une voix l'interpella :

"- voulez-vous dancer ,mademoiselle ? Cette voix était douce et mystérieuse .L ajeune fille laissa tomber sa lampe torche et se tourna vers lui.

C'était un jeune homme d'une vingtaine d'année vétu d'un chapeau haut-de-forme et d'un smocking noir à queue de pie .Surprise par cette apparition elle recula .Elle pensa d'abort a une farce mais changea d'avis en voyant ce qui suivit.Des tête dépassaient des tombes puis le reste du corp suivi . L e cimetière fut soudainement éclairer par une lueur blafarde produite par des centaines de bougies allumer flottant dans les aires et qui ce précipiter vers un groupe de danseur qui faisaient des ronds de jambes , des cabriolaient et des entrechat .Les robes des dames se tordées ou ce gonfler à chaque fois que l'air si engouffrer. Après qu'il les rassurer le jeune homme l'emmena dancer.

Joue contre joue ,enlacer ,la jeune fille et son cavalier dansaient avec passion ,oubliant ce qui ce passaient autour d'eux .

L'aube apparu et déjà les premiers rayon du soleil illuminer l'horizon d'un rose oranger .Tous était rentraient dans leur tombe .Seul la jeune fille et son cavalier était encor là ,a ce regardainet ,la musique s'arrêta .Il lembrassa et disparu .

L'on retrouva la jeune fille , morte ,coucher sur une tombe .Un sourire au lêvre et la peau blanche et glacer .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.1annuaire.com/webisy320
Sophi@
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Mar 21 Juin 2005, 21:15

dédié à nous autres

Voulez-vous goûter le sang?
Le liquide de la vie, démoniaque et éternel
Lentement l'ombre se lève dévoilant la vie
Une vie monstrueuse, de tueur sans pitié
Le sang attire le sang

Je vous aime dit le vampire
avec sa voix douce et voluptueuse
Ne l'écoutez pas, il ment, il désire votre sang
Plus que la vie, il désire le sang, absorber votre vie
Le sang attire le sang

Je les poursuit dit le chasseur
Son arme c'est le pieu en bois et une croix en argent
Ses yeux sont habitué à la pénombre, son coeur est froid
Aussi froid que sa cible, il apprend
Le sang attire le sang

Oh mon dieu aidez moi murmure le prêtre
Dieu est son père, son guide, son amour, son frère
Il l'aime tendrement et croit qu'il peut le sauver
Le créateur tient à lui et lui donne la foi
Le sang attire le sang

Je vous regarde tous, vampire, chasseur, prêtre
J'écris vos histoires, je leur livre à tous vos humeurs,
Les mortels sont mes témoins, mes clients, mes aimés
Et pour eux je suis prêt à vous livrer à leur imagination
Le sang est l'encre de mes livres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dearsophia.site.voila.fr/
Sophi@
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 30 Juin 2005, 14:06

La Chasse

Les loups parcourent la montagne, leurs pas résonnent sur le sol fragile. Les odeurs sont exacerbées, ils sentent l'odeur de la chair fraîche mais aussi la douce chaleur des sous-bois, délicieuse et charnue. Ils se sont regroupés. Huit au total. Le loup blanc majestueux est leur chef. Son pelage est drainé de quelques poils gris marque du temps. Son odeur est puissante, ses crocs sont long, son oeil droit est parcourut d'une longue cicatrice sanglante. C'est la mémoire d'une bataille dur pour laquelle il avait dû sacrifier sa tranquilité et sa vie de famille, le jour où il était devenu chef. Il n'avait pas eu le choix. Il devait le faire, le troupeau ne s'en serait jamais sortit sans lui. Il avait dû prendre cette decision en une seconde. Son fils ne l'avait plus vu. Ils avaient été séparer. Mais une louve plus âgée que sa compagne s'était occupée du petit loup blanc comme neige.
Le jour de la chasse était arrivé. La famine avait donné plus de courage que jamais aux loups de la meute. Ils avaient parcourut beaucoup de kilomètre, trop pour revenir les mains vides. Pas assez pour avoir à se battre mais ils n'en étaient pas loin. Il leur fallait à présent trouver ce qu'ils cherchaient. Les femelles les attendaient ainsi que les petits. On était en plein hiver. Les proies étaient si rare. Les humains étaient trop dangereux pour que la meute puisse s'approcher de leur maison si grande qui réunissait tant de proie. Les humains aussi se nourissaient mais ils empêchaient les loups de se nourir. C'était totalement injuste!
Le chef poussa un long hurlement. C'était le signe. Ils avaient repéré un troupeau de bétails isolés. Le berger avait eu un problème, il était parti précipitament selon les éclaireurs. C'était une chance unique, il fallait la saisir avant que le berger ne revienne et qu'il devienne dangereux de diner. Les loups s'élancèrent toutes griffes dehors, les crocs laissés apparant. Il y avait une énergue nouvelle qui circulait dans leur veine. Le chef sentait le sang battre à ses tempes. L'odeur de la nourriture était si forte, elle le titillait. Il fallait qu'il se concentre, il fallait qu'il fasse attention. Il ne fallait pas tout gâcher juste pour une odeur, si forte soit-elle. Il était heureux que le plan marche aussi bien, que ses troupes soient si soudées. Il fondit sur le bétails et empoigna un mouton avec sa gueule. Il se tourna. Ses fidèles chevaliers dévoraient les moutons. Quels idiots! Le chef les rappela. Il ne fallait pas manger ici, on risquait de les surprendre et c'était vraiment la dernière chose à faire! Il les poussa à regagner la forêt emportant le plus de proie qu'ils pourraient. Le berger allait revenir. Peut-être devinerait-il. Il enverrait dans ce cas des chasseurs, mais il ne les trouveraient pas. Parce qu'on était en hivers et que les loups étaient trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dearsophia.site.voila.fr/
Sophi@
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Dim 03 Juil 2005, 09:58

Un jardin aux tombes salies couvertes de milles feuilles mortes et de terres
On y pénètre par une porte ouvragé en fer forgé qui grince à cause de la rouille
Le vent s'y engouffre nous faisant frissonner de froid et de terreur
Les yeux des statues semblent vivants et nous suivre du regard, la pluie nous mouille

Eux ils nous glacent de terreur, une terreur froide et sans vie, tout comme eux
On ne peut crier en les voyant. Ils sont bien trop laids et bien trop morts
On peut essayer de les imagnier dans leur vie lorsqu'ils étaient encore heureux
Mais leur visage d'ange de pierre n'est rien comparé à ce qui est leur sort

Oublié des vivants, les morts se perdent dans les profondeurs abysales
On ne les oublie pas vraiment dit on mais que reste-t-il d'eux à présent?
De vieille statue de pierre muette, quelques fleures vannées dans un vase sale
On leur jette un regard mouillé, on se sent glacé d'une peur sans aucun sens

Hurle dans la nuit personne ne t'entend semble nous murmurer la statue
Les fleurs sont fannées et le temps s'est écoulé comme l'eau sous un pont
On ne pourra pas revenir en arrière, il faut les consoler du mieux qu'il pu
Et si Dieu n'existait pas, serions nous les seules créatures capables d'aimer sans raison

La vie après la mort, une idée à laquelle on se raccroche comme à une bouée
Et si Dieu n'existait pas, si Son enfer n'était rien comparé à l'oublis des vivants
Alors n'y aurait rien qu'on ne puisse faire ou dire pour eux, ne pouvons nous les sauvés?
Mais Dieu existe rassurons nous, et Il acceuille les morts dans son royaume d'antan

Les années ont passé et la tombe de l'enfant demeure la même, il l'observe sans raison
Il caresse la pierre du bout des doigts, il lui semble sentir son contact rugueux
Les méandres de la mort, les tourmants de l'enfer, le rêve du paradis, il les a à foison
Parce que lorsqu'on est mort il n'y a aucune lumière qui vous acceuile, enfant ténébreux

A la vie, a la mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dearsophia.site.voila.fr/
Sophi@
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Dim 03 Juil 2005, 10:32

La maison est grande. Une jeune femme y entre. Elle a de long cheveux blond. Elle doit avoir la vingtaine. Elle sourit. Elle porte une chemise blanche et une jupe bleue. Elle ôte ses talons aiguilles qui torturent ses pieds.
"Nous y voilà. Je suis de retour maison de mon enfance. Papa n'est plus de ce monde et j'ai tellement souffert de son absence que je ne voulais plus te voir. Mais les années ont passé et le temps a pansé mes blessures. Je suis revenue comme un pélerin."
Elle s'arrête de sourire et se met à pleurer. Il y a trop de souvenir ici. Elle revoit sa silhouette de petite fille entourant le cou de son père de ses petits bras l'embrassant généreusement malgré les poils de la barbe qui pique. La silhouette disparait. Vision du passé.
Sa chambre est spacieuse. Sa mère lui avait dit qu'il y avait eu des changements. Elle se rappèle lui avoir dit "tant mieux, je préfère ne pas tout me rappeler". Mais à présent elle remarquait qu'elle préférait de loin sa petite chambre d'enfant au papier peint rose, aux meubles en bois peint en blanc et doré. Son père l'appelait sa princesse et il avait fait de sa chambre son palais. Elle revint dans le présent en ouvrant une fenêtre. L'air frais s'engouffra balayant ses souvenirs. Elle sourit. Le parc géant lui tendait ses bras.
Elle descendit l'escalier à une vitesse folle se souvenant qu'elle faisait ça aussi enfant. Sa mère la grondait alors "Tu vas tomber un jour." Mais elle n'était jamais tombé. Elle était bien trop agile pour cela. Son père lui avait dit qu'elle pourrait être sonanbule mais le destin l'avait séparé de lui et de ses rêves d'enfant. Le parc était généreux, il n'avait pas changé. Ses chênes puissants avaient résister aux tempêtes et l'herbe était toujours mouillées de la pluie qui l'avait acceuillit. Elle retrouva le chemin du temple de Venus. Malheureusement les ruines étaient entouré de ruban de sécurité. Sa mère voulait l'abattre.
"Non! Tu ne peux pas faire ça maman!
-Et pourquoi? Ton père est mort! La vie continue. Je n'ai pas envie qu'on vienne me dire que quelqu'un a été blessé parce que j'ai refuser d'ouvrir les yeux.
-Comment peux-tu dire ça? C'est affreux! Il ne me reste que ça de lui! Ca et la maison.
-Chérie, je sais bien que tu adorais ces vieilles ruines mais...
-Ce ne sont pas des ruines, mais le temple de Venus."
Elle ouvrit les yeux. Oui c'était le temple de Vénus. Elle emjamba le ruban et parcourut les ruines. C'était magnifique de se retrouver là à nouveau. Elle aimait tellement ces lieux. Elle s'allongea au centre des ruines. Elle avait envie que ce moment dure éternellement.
Elle se rendit compte qu'elle s'était endormit. Le décalage horraire la touchait plus qu'elle ne l'aurait voulu. Déjà enfant elle s'endormait très vite. Elle se leva, ses membres raidit par son sommeil sur le sol dur. Elle était couverte de feuilles dans le dos. Elle s'essuya tout en prenant le chemin de la maison. Il allait bientôt faire nuit. "Rappèle toi chérie, ne reste jamais la nuit dans le parc". Elle n'était plus une enfant mais elle avait froid. Elle se frictionna les bras. Elle ferma la porte vitré fixant le parc où la nuit s'étendait. Les ombres grandissaient effrayante. Elle se tourna refusant d'avoir peur. Elle se changea sentant le tissus délicat sur sa peau. La soie de sa chemise de nuit...
Dans son lit elle se réveille en sursaut. Il n'y a personne, pas de monstre sous le lit, pas de fantôme, nulle sorcière derrière sa vitre. Elle se rendit compte qu'elle frissonnait. Elle se leva et s'avança vers sa porte fenêtre laissé ouverte. Le vent froid s'y engouffrait. Elle baissa la tête. Une ombre s'avançait, minuit sonnait. Elle ferma la vitre. Elle regarda le sol, nulle ombre. Minuit finissait de sonner. Elle se tourna pour ce recoucher. Elle vit une petite fille allongée dans le nuit. Elle posa sa main devant sa bouche pour s'empecher de crier. C'était elle enfant. Elle s'approcha. L'enfant frissonna. Minuit résonnait encore. Dehors l'orage battait à rompre les limites du bruit. L'enfant se lève et crie "Maman". Elle fixa la jeune fille avec ses grands yeux noirs. Elle s'avança vers la porte fenêtre.
"Non ne fais pas ça."
L'enfant ouvre la porte ne l'entendant pas. Elle s'enfonce dans le parc. La jeune femme la suit. Elle se rend compte qu'elle est couverte d'une sueur froide. Elle a le sentiment d'être suivit. Elle se retourne. La maison est en ruine brûlée. Elle hurle mais aucun son ne sort de sa bouche. Elle se retourne vers l'enfant qui est presque dans la forêt. Elle se met à courir pour la rejoindre. Elle s'approche. Elle sent quelque chose d'étrange. La fillette!
L'enfant est allongée sur le sol. Son sang est répendu au sol. Elle saisit le petit corps et le presse contre elle.
"Papa!" hurle-t-elle.
Elle est à nouveau dans la maison. Elle voit sa mère morte elle aussi. Elle a été égorgée. Elle n'a pas envie de se tourner. Elle sent une présence. Elle entend la voix de sa mère. Elle est lointaine. Elle dit quelque chose comme vas-t'en ne te retourne pas. Mais elle le fait. Avec horreur elle découvre son père qui a le couteau ensanglanté. Il regarde fixement le corps de sa femme.
"Non!! hurle-t-elle.
-Ma chérie, fait sa mère la prenant dans les bras, nous sommes...
-Mortes? Oh mon dieu! C'est pour cela... c'est pour cela que personne ne m'écoute, que tu m'as dit que papa était mort.
-Oui. Tu refusais ta mort. J'ai donc dû faire en sorte que tu te sentes bien même si c'était dans un mensonge.
-Oh maman!"
La jeune femme s'effondra en sanglot dans les bras de sa mère. Les deux silhouettes s'effacèrent comme une vision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dearsophia.site.voila.fr/
DEATHcor
Invité



MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 07 Juil 2005, 18:28

je c pa dans quoi classer ca mais bon voila un petit text de moi :

voi ma puissance,
voi mon immortaliter,
et rejoint moi dans les ténèbres,
devient un des fils d' kaïn notre dieu,
et rejoint ainssi les âmes immortels,
en prennan places en sont palait ,
et rejoint ces fils en acceptan le prix,
boi sont sang et offres ta vie,
et ainsi kaïn notres bien aimer père ,
te fera don de la vie éternel,
et te permetera de te repètres du sang de ces ennemie,
ainsi la profetie du reveil de notres bien aimer ,
dieu et père kaïn ce fera et par ceux,
les vampires marcherons au soleil tel les humains ,
et la dommination du monde par notres race pure ,
retranchera les humains au simple statut de betail,


...............................................DEATH corp
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Lun 25 Juil 2005, 22:23

Je suis
un oiseau à l'aile brisé,
une rivière au lit asséché,
une fleur sans ses pétales,
un ange qui croit au mal.
Je suis
une larme de sang sur ton visage,
une paisible colombe dans un orage,
un simple obstacle sur ton chemin,
un coeur de verre entre tes mains.
Moi,je suis tout ça mais toi,qui es-tu?
Serais-tu mon sauveur inconnu,
Ou encore la source de mon bonheur,
Ou tout simplement mon âme soeur?


Louve Noire mais alors complètement paumée... Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Mer 27 Juil 2005, 22:18



J'aimerai tellement être avec toi, dans tes bras.
Pouvoir t'embrasser et du bout des doigts te caresser.
Sentir nos corps s'enlacer et nos langues se lier.


Hélas j'aimerai tout cela mais je ne peux pas
car si moi je suis là à penser à toi,
toi tu es la-bas. Et peut-être même que toi,
tout cela, tu n'y songes même pas...


Louve Noire tristounette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
selene
Invité



MessageSujet: Re: Vos textes   Mer 27 Juil 2005, 23:02

C'est beau... et triste... Sad





<= je connais ça aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Raziel
Invité



MessageSujet: Re: Vos textes   Mer 27 Juil 2005, 23:52

j'ai pour mon groupe écrit de nombreux textes... celui ci n'est pas mon meilleur, mais c'est celui qui convient le mieu a ce forum ( Je vais le traduire au fur et a mesure ):

Master’s song [La chanson du maitre]

Bleed a last time tonight [Saigne une derniere fois ce soir]
Bid farewell to sunlight [Dit adieu a la lumiere du soleil]
Learn a new kind of lust [Apprend une nouvelle forme de luxure]
Burn your human life to dust [Brule ta vie humaine jusqu'a ce qu'elle soit poussiere]

Sin against God [Le pecher contre Dieu]
Will you sell your soul for eternal life? [Vendra tu ton ame pour la vie éternelle?]
Sin against God [Le pecher contre Dieu]
To the bitter end, are you ready to die? [Jusqu'a la fin des temps, est tu pret a mourir?]

Take the life out of her [Prend la vie hors d'elle]
From the time you lied on her [A partir du moment ou tu t'es allongé sur elle]
Take the blood out of him [Prend le sang hors de lui]
To the end of his scream [Jusqu'a la fin de son cri]

Sin against God [Le pecher contre Dieu]
Will you sell your soul for eternal life? [Vendra tu ton ame pour la vie éternelle?]
Sin against God [Le pecher contre Dieu]
To the bitter end, are you ready to die? [Jusqu'a la fin des temps, est tu pret a mourir?]


You are under my spell [Tu est en mon pouvoir]
There’s nothing more to tell [Il n'y a rien a ajouter]
You’ll be forever on my side [Tu sera toujours de mon coté]
Then we’ll be forever allied [Et nous seront a jamais liés]

Sin against God [Le pecher contre Dieu]
Will you sell your soul for eternal life? [Vendra tu ton ame pour la vie éternelle?]
Sin against God [Le pecher contre Dieu]
To the bitter end, are you ready to die? [Jusqu'a la fin des temps, est tu pret a mourir?]
Revenir en haut Aller en bas
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 28 Juil 2005, 20:21

Songe


Une douce lumière inonde mon âme
tel un message divin,
Je l'écoute,fais silence dans ma tête,
pour la rendre audible à mon oreille
C'est un chant féerique,une mélodie du coeur,
Un murmure,une brise...
Et maintenant plus un bruit juste un apaisement,
était- ce un ange?
Était- ce une fée?
Une créature divine, un rêve, un songe?
Ou peut être un guide céleste venu me guider...
Oh comme j'aimerai que tout ceci soit réel.
Être touché par la grâce des anges,
éclairé par leurs sillons
C'est un doux parfums envoyé par le ciel,
un bel amour éternel.
Merci petit murmure,
merci doux rêve,
merci créature céleste.


Louve Noire


Dernière édition par le Ven 05 Aoû 2005, 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guilty boy
Mathusalem
Mathusalem


Nombre de messages : 3246
Age : 29
Localisation : Dans le labyrinthe de mes méninges
Famille :
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 28 Juil 2005, 20:23

C'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophi@
Citoyen vampire
Citoyen vampire


Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 22/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Jeu 28 Juil 2005, 23:59

vi on devrait vraiment faire une antologie

Voici un mien

Claudia dans les larmes de Lestat


Une nouvelle victime je cherchais en ces lieux perdus, mais ce fut une jeune femme troublante au regard étrange. Ses yeux était fixe comme perdu mais son visage m'était familié. J'eu envie de crier son nom comme on crit le nom de quelqu'un qu'on reconnait dans la rue, l'ayant rechercher vainement auparavant. Je revoyais ses tenues de tafeta vert avec ses petits escapins en satin de la même couleur, ses longues boucles blondes. Louis les avait chéri lui aussi. Il les embrassait en disant qu'elles sentaient la mure ce qui n'était pas totalement faux. Comprenez moi bien cette jeune femme était la vision de ma claudia plus âgée. Elle avait 5 ans lorsque je l'avais crée. Lorsque à partir de ma lumière j'avais créer une autre petite lumière comme se plait à me l'expliquer David. Je n'étais pas encore conscient de ce que ça impliquerait au fond de mon coeur. Depuis que j'avais créer David je n'avais plus ressentit la présence de Claudia. Elle n'avait pas réussit à trouver sa place au-delà de la mort auprès de moi, je n'aurais jamais accepter qu'elle jouasse les petits fantômes vengeur alors qu'il n'y avait rien à venger. Elle était morte par la faute d'Armand même si Louis et moi y étions aussi pour quelque chose. Nous avions échoué en tant que parent et je m'étais réfugié après sa tentative de meurtre auprès d'Armand qui je croyais mon ami, mais cela était une terrible erreur, pour se venger de moi et s'accaparer Louis, il avait tué notre pauvre petite Claudia, notre enfant vampire, notre enfant meurtrier, oh notre enfant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dearsophia.site.voila.fr/
Louve Noire
Lycanthrope Membre
Lycanthrope Membre


Nombre de messages : 1610
Age : 30
Localisation : Tout près de vous... retournez vous... je suis là !
Famille :
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Vos textes   Ven 29 Juil 2005, 18:35

Très joli Sophi@

Allez j'en rebalance un...


Comment est-il possible de vivre
Entre ces affrontements
De la fatigue, de la révolte, de l'angoisse.
Une année tient à l'autre
Des propos inaudibles.
La lumière reste
L'espoir désespéré de l'espace…

Je voudrais visiter ton coeur,
Qui a subi tant de douleur
Pour enfin lui faire connaître la douceur,
D'un monde, d'un jour, d'un amour meilleur.

Pour qu'il puisse enfin effacer
Toutes ses blessures du passé
Pour que tu puisses me dévoiler
Ce qui t’as tant fait souffrir durant des années.

Tu m'a fais redécouvrir
Tous ces magnifiques plaisir
Ces plaisir de la vie, comme celui de vivre
Tous ces plaisir que j'ai toujours voulu fuir en voulant mourir
A présent à moi de te les refaire découvrir.

Grâce à toi j'ai repris
Toutes les joies de la vie
Et si à présent je souris,
C'est simplement par ce que tu me la réappris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fadeyrys
Invité



MessageSujet: Re: Vos textes   Ven 29 Juil 2005, 19:30

Voilà un texte que j'ai écrit il ya peu...

J’ai envie de t’embrasser, encore et encore.
Sur tes lèvres, au coin de tes yeux où la peau rit doucement, sur ton front pour veiller tes nuits.
Dans ton cou autant de fois que le cœur bat en une vie.


Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie
Qui peut dire si sont sincères, les mots doux de l’enfer ?
Et dans le plus profond des cours, des cours Unseelie
Qui peut savoir les larmes qu’elle verse chaque nuit ?


Je voudrais te garder des lames du jour, des souffles du temps et des rires cruels d’enfants.
Te garder auprès de moi, autant de fois que chante le corbeau, que la mort affûte sa faux. Et faire rimer Eternité avec la trame des Destinées.


Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie
Comment voir le piège sous les pas du cortège ?
Et dans le plus profond des cours, des cours Unseelie
Qui peut dire si c’est Amour ou Sortilège ?


Des ciseaux de la Veille je te protégerai, et mes lèvres aux tiennes je donnerais. De mes mains je t’offrirais l’oubli, et les replis tièdes au creux de mon lit. Et pour toi toujours seront les draps de la Nuit.


Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie,
Verra t’il les tourments, qu’elle tisse dans son sang ?
Et dans le plus profond des cours, des cours Unseelie,
Le Barde saura t’il quel funeste destin l’attend ?


Retenir ici bas tes yeux de miroirs sans tain. Garder tes mèches d’obsidienne. Pour la douceur de tes bras, j’ai tout laissé derrière moi. Amis comme ennemis, les douleurs comme les lois.


Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie,
Comment savoir qui est sauvé, qui va souffrir ?
Et dans le plus profond des cours, des cours Unseelie,
Pourra t’il s’en sortir, celui qu’elle doit sacrifier?


Je t’ai toujours attendu. Quand le monde n’était pas né, quand nous n’avions pas d’âge à donner, quand la pierre était rocher. A mes cotés reste vit et meurt car il n’y a que toi que j’ai aimé.

Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie,
Peut-on savoir si c’est vérité ou mensonge ?
Et dans le plus profond des cours, des cours Unseelie,
Est-elle sincère, la sorcière tisseuse de songe ?


En voyant tes yeux fermés en moi tout s’est figé. J’ai su que tout était fini, que mon sort était scellé. Dors en paix barde sans Nom, car par toi seul mon âme vivait.


Mais dans les cours, dans les cours, dans les cours Unseelie,
Parfois se blessent, parfois se tuent de désespoir
Les inconscientes qui par folie défient les Moires.
Car cruel est le chant de Féerie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vos textes   Aujourd'hui à 06:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Vos textes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Transferts de textes
» Textes en ligne en italien.
» Souvenirs, émotions, beaux textes.....
» Vos compos, vos textes sont les bienvenues
» Une possibilité d'éditer ses textes *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires :: AUBERGE DES IMMORTELS :: Littérature Vampirique-
Sauter vers: