Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Aidez le forumAidez le forum  

Partagez | 
 

 [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
senhal
Vampire Littéraire
Vampire Littéraire
avatar

Nombre de messages : 2991
Age : 35
Localisation : Villeurbanne
Famille :
Date d'inscription : 25/04/2005

MessageSujet: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   Dim 18 Sep 2005, 14:05

Le vampire est une figure dont Beaudelaire a beaucoup usé dans les Fleurs, voici donc les poèmes où elle apparaît (merci Malaïka pour "Les Métamorphoses" et "La Fontaine" lol).

Concernant les autres oeuvres du poète, j'avoue que je n'y ai pas prêté attention. En tout cas je ne crois pas en avoir croisé dans Le Spleen de Paris...

Vous êtes evidement invités à donner votre avis, vos idées, vos autres repérages.. bah vi c'est fait pour ^^

(Edition de 1857)

X L'ENNEMI

Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.


Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.



Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?


—O douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

----

XXIX LE VAMPIRE

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif es entrée,
Toi qui, comme un hideux troupeau
De démons, vins, folle et parée,


De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine,
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,



Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !


J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.


Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit :
« Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,


Imbécile ! — de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire ! »

---

LII L'HEAUTONTIMOROUMENOS

Je te frapperai sans colère
Et sans haine, — comme un boucher !
Comme Moïse le rocher,
— Et je ferai de ta paupière,


Pour abreuver mon Saharah,
Jaillir les eaux de la souffrance ;
Mon désir gonflé d'espérance
Sur tes pleurs salés nagera



Comme un vaisseau qui prend le large,
Et dans mon cœur qu'ils soûleront
Tes chers sanglots retentiront
Comme un tambour qui bat la charge !


Ne suis-je pas un faux accord
Dans la divine symphonie,
Grâce à la vorace Ironie
Qui me secoue et qui me mord ?


Elle est dans ma voix, la criarde !
C'est tout mon sang, ce poison noir !
Je suis le sinistre miroir
Où la mégère se regarde.


Je suis la plaie et le couteau !
Je suis le soufflet et la joue !
Je suis les membres et la roue,
Et la victime et le bourreau !


Je suis de mon cœur le vampire,
— Un de ces grands abandonnés
Au rire éternel condamnés,
Et qui ne peuvent plus sourire !

----

LXXXIV LA FONTAINE DE SANG

Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rhythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.


A travers la cité, comme dans un champ clos,
Il s'en va, transformant les pavés en îlots,
Désaltérant la soif de chaque créature,
Et partout colorant en rouge la nature.



J'ai demandé souvent à des vins captieux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine ;
Le vin rend l'œil plus clair et l'oreille plus fine !


J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux,
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles
Fait pour donner à boire à ces cruelles filles !

----

LXXXVII LES MÉTAMORPHOSES DU VAMPIRE

La femme cependant de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
— « Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !



Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras veloutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi
Les Anges impuissants se damneraient pour moi ! »


Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
Je fermai les deux yeux dans ma froide épouvante,
Et, quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.

----

(edition de 1861)

LXXXV. L'Horloge

Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible ;

Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
À chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, maintenant dit : je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi ! Prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! C'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente ; Souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh ! La dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! Il est trop tard ! "


Dernière édition par le Ven 02 Nov 2007, 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heksen.fr/
sally
Citoyen vampire
Citoyen vampire
avatar

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : au milieu de mes livres !
Famille :
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   Jeu 22 Juin 2006, 19:37

l'Horlogue mon poème préféré entre tous et surtout beaucoup de souvenir. Il fut le support de toute une discussion littéraire par des mathématiciens lorsque j'était en terminale. Les plus belles année de ma vie...
sniff et personne d'autre que toi Senhal pour le remarquer ? !!!
beaudelaire est le précurseur des jeux de mots à tiroir, dieu seul sais ce qu'il voulais vraiement exprimer et c'est ce qui le rend si magique...
cependant tu as raison je n'ai pas trouvé non plus de ref dans le spleen mais peut être une relecture s'impose t-elle. read
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hakim
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé
avatar

Nombre de messages : 294
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   Ven 03 Nov 2006, 21:11

perso j'ai toujopurs eu une petite predilection pour "le vampire"

mais dans mon souvenir senhal c'etait







Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne
— Maudite, maudite sois-tu!

J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.

Hélas! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit:
"Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,

Imbécile! — de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire!"


et non pas




Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif es entrée,
Toi qui, comme un hideux troupeau
De démons, vins, folle et parée,


De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine,
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,



Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !


J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.


Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit :
« Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,


Imbécile ! — de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tengu
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 34
Localisation : A l'est d'Eden
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   Ven 15 Déc 2006, 00:50

J'aime beaucoup ces poèmes que je viens de découvrir (oui je ne lis pas beucoup de poème alors que j'aime bien)
J'aime bien Beaudelaire, dans les fleurs du mal les poèmes que je préfères dans ceux que je connaîs sont "l'albatros" et surtout "l'invitation au voyage" qui me fais réver.
Il donne un sentiment de sérénité très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stavroguine Oulianov
Primogene Malkavien
Primogene Malkavien
avatar

Nombre de messages : 1778
Age : 28
Localisation : Cité de verre
Famille :
Date d'inscription : 02/04/2006

MessageSujet: Re: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   Ven 15 Déc 2006, 03:42

Any Where out of this world !

http://poetes.com/baud/bany.htm

_________________
Non.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[auteur] Baudelaire (oeuvres vampiriques)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jack London
» Chefs d'oeuvres (Baudelaire)
» Jørn Riel, un auteur danois
» [Auteur] Georges Simenon
» Copyright et protection des oeuvres sur DA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires :: AUBERGE DES IMMORTELS :: Littérature Vampirique-
Sauter vers: