Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Aidez le forumAidez le forum  

Partagez | 
 

 [auteur] Nancy Collins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysisca
Grande Louve
Grande Louve
avatar

Nombre de messages : 5067
Age : 33
Localisation : Bonne question...Où suis-je?
Famille :
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: [auteur] Nancy Collins   Lun 18 Juin 2007, 14:55

Nancy Collins (née en 1959) a écrit plusieurs livres sur le thème des vampires et des loups garous. Auteur de nombreuses nouvelles et de plusieurs romans, dont beaucoup tournent autour du fantastique, elle est surtout connue pour sa série sur la vampire Sonia Blue. Malheureusement, on ne trouve que peu de livres traduits en français.

Garouage

« Cheater leva son arme et tira sur la caissière, exactement entre les deux yeux. Skinner ne résista pas à la vue du sang. Ni à son parfum, âcre et chair comme le métal. Ses muscles et ses os se réarrangèrent selon une nouvelle géométrie. Il lança un bref cri d’extase et bondit par-dessus le comptoir qui le séparait de sa proie…
Skinner Cade sortait à peine de l’adolescence, mais il n’en était pas à sa première victime. Ça lui avait pris sept ans plus tôt, à l’ouverture de la chasse au renne, où il était allé avec son père. Il y avait eu du sang. Beaucoup de sang. Et Skinner s’était transformé. Puis il les avait dévorés. Tous les deux. Homme et bête.
Mais qu’est-ce qu’il avait au juste ?. s’il racontait son histoire, personne ne le croirait… »


Voir aussi http://www.vampiredarknews.com/bibliotheque.html

Le loup debout

« Le bison agonisant eu beau se débattre et ruer, il lui déchiqueta la gorge à pleine dents. A califourchon sur sa proie qui se vidait de son sang dans l’herbe de la prairie, il rejeta la tête en arrière en signe de triomphe et hurla à la mort. A cet instant seulement, il se rendit compte que sa peau s’était couverte d’une fourrure rêche et qu’à la place des ongles ses mains arboraient maintenant des griffes cruelles et acérées…
Ainsi naît la légende de Loup-Qui-Marche, jeune visage pâle vénéré comme l’incarnation du dieu Coyote par les Comanches qui l’ont recueilli.
Mais qui est-il vraiment ? Et pourquoi est-il incapable de dominer la bête qui sommeille en lui et le pousse à commettre les crimes les plus abjects ?
Une seule solution pour élucider le mystère de sa naissance : affronter le monde déjanté de l’Homme blanc. Et c’est là que les vrais ennuis commencent… »


Avis de lecteurs

L’idée originale, développé dans Garouage, met en scène un peuple de l'ombre vivant depuis toujours au coté des humains, et possédant les caractéristiques d'animaux tutélaires (les loups bien sûr, mais aussi les renards, les coyotes...). Les êtres mi-homme, mi-loup sont appelés vargrs. L'originalité réside dans le traitement de la vie parallèle de ces êtres de l'ombre : relations entre les communautés, liens hiérarchiques (calqués pour les vargrs sur les relations à l'intérieur des meutes de loups), relations avec les hommes (qui sont considérés à la fois comme du bétail à exploiter et comme l'oppresseur constant forçant les communautés à se cacher). Dans Garouage, les aperçus de cette vie souterraine rendait l'ensemble de la construction très crédible, en particulier par l'utilisation de personnages découvrant leur nature de vargrs. Le glissement de la nature humaine (que le lecteur ne met en doute au début de l'oeuvre) vers la nature vargr ne laisse pas au lecteur l'opportunité de rester critique sur le fond même de l'existence vargr. Les incohérences passent ainsi souvent inaperçues et l'ensemble des détails globalement très convaincant.
Le loup debout reprend cette méthode : un humain part à la découverte (initiatique) de sa véritable nature vargr, d'abord par les rites de sa tribu (les légendes et superstitions sont basées sur des faits réels attribuables aux vargrs) puis par la rencontre d'autres êtres de l'ombre et enfin par l'exploration de sa propre filiation. Ce livre est en fait plus une exposition des caractéristiques vargres qu'un véritable roman. Et c'est dommage : pas assez étoffé et détaillé pour être une sorte d'encyclopédie vargre, le roman lui-même ne présente qu'un faible intérêt tant il manque de souffle. On se surprend à guetter les passages abordant la nature vargre du héros et à survoler ses diverses aventures, preuve du peu d'intérêt de l'histoire. Comme l'histoire des vargrs est totalement réexpliquée dans ce nouvel ouvrage, on se demande si son écriture n'est pas antérieure à celle de Garouage, bien mieux réussi à tous les points de vue. J'aurais préféré lire Garouage en second.



La volupté de sang

« Infirmier à l’asile privé d’Elysian Fields, Claude Hagerty a récemment vu la tranquillité de son poste perturbé par l’arrivé d’une nouvelle pensionnaire, qui répond au nom de S. Blue. La présence de celle-ci semble en effet à l’origine de cauchemars récurrents chez une partie des pensionnaires, et ce n’est pas la mort de Kalish, l’un des collègues d’Hagerty, qui risque de calmer les choses. Malgré sa camisole, Sonja Blue, puisque tel est son nom, finit par s’échapper, ivre de vengeance. Car on ne retient pas contre son gré un vampire sans en payer le prix… »

Avis de lecteurs

En anglais, il existe déjà plusieurs titres pour cette série (Darkest Heart, In the Blood , Paint It Black, Midnight Blue) mais il n’y a apparemment que le premier tome qui soit traduit en français

" La volupté du sang " de Nancy A Collins est le premier d'une série basée sur son héroïne Sonja Blue. Ce roman d'épouvante met en scène une femme devenue vampire malgré elle. On y suit sa quête pour retrouver et abattre son créateur. La romancière nous offre un personnage déchiré entre son ancienne nature mortelle et ses nouveaux instincts de tueuse. L'héroïne, détestant la race des vampires, a souvent des réactions d'extrême cruauté. Ce roman énergique comportant des scènes violentes est donc déconseillé aux âmes sensibles.

Un ouvrage qui ne paie certes pas de mine au premier abord, mais propose une relecture originale du mythe des vampires en donnant une nouvelle vision des origines des buveurs de sang. Nancy Collins met en effet en scène une sorte de monde invisible à nos yeux de mortels dans lequel ogres, succubes et vampires vivent à notre insu sous une forme humaine. L’univers ainsi mis en scène voit ainsi évoluer au cœur de la race humaine toute sorte de rejetons de démons et autre mort-vivants et esprits que seuls quelques rares humains ayant eux-mêmes une filiation démoniaque peuvent appréhender.
Le vampire est décrit un peu à la manière du jeu de rôle vampire, en insistant sur la dualité entre l’humain et le vampire qui coexistent dans un même corps. De même, Nancy Collins donne également sa vision de la transmission du don ténébreux, qui se fait via la salive ou le sperme, mais plus par le sang, qui reste cependant nécessaire à la survie du vampire.
L’héroïne est à la fois vampire et tueuse de vampire, à l’origine pour se venger de celui qui l’a faîte et rejetée avant même de lui enseigner les rudiments de sa nouvelle existence. On a donc pas affaire à un dhampire, mais à un vampire, lequel peut cependant évoluer à la lumière du jour en prenant quelques précautions. Les exécutions passent ici par la décapitation pure et simple du vampire, seule réelle façon d’en finir avec celui-ci étant donné les pouvoirs de générations inhérents à la race.
Au final, un ouvrage intéressant, bien ficelé, mettant en scène des personnages à la psychologie travaillée.


Nancy Collins s'éloigne du modèle classique du vampire, mais rend aussi le personnage plus complexe et donc plus attirant.
Elle a d'abord mis en place une hiérarchie. Si l'enveloppe charnelle est occupée peu de temps après la morsure, le vampire ressemblera à un être humain ; mais si le corps reste inoccupé pendant longtemps, il ressemblera à un zombie ou goule, stupide, appelé « revenant ». Les vampires puissants, ceux qui se sont accaparé un cerveau plus évolué, sont appelés les Nobles. Chaque Noble peut avoir une engeance. Cette engeance ne devient indépendante qu'après des décennies, quand leur pouvoir augmente. Les surgeons choisis de préférence sont des humains faibles. Des guerres peuvent être déclarées entre Nobles qui envoient alors leurs engeances respectives se « battre ». Le gagnant grimpe alors dans la hiérarchie.
Chaque vampire est doué d'une violence et d'une force innées et ont la capacité de guérir. Les Nobles ont la capacité de contrôler les esprits et se nourrissent des émotions humaines, les plus noires de préférence. Ils n'ont donc pas nécessairement besoin de sang humain. Leur reflet apparaît dans les miroirs, mais le reflet montre ce que les Faux-semblants voient réellement, leur reflet étant entouré d'un halo de lumière rouge. Enfin, ils voient les images du passé se superposer au présent (exemple : ancien bâtiment de la Gestapo, scènes de torture vues dans les salles vides)
La mort du vampire est, elle aussi, revisitée. Le grand jour provoque des démangeaisons et des migraines mais ne tue pas. Les Nobles ne craignent pas l'ail, les crucifix, les églises ou l'argent. En revanche, les non-Nobles craignent l'argent. Le vampire ne meurt pas par un pieu dans le cœur mais par la section de la moelle épinière.
L'intérêt principal du livre réside dans la création de cet univers des Faux-semblants également appelés les élémentaires. les Faux-semblants sont les créatures des mythes et légendes, « déformées au-delà de toute reconnaissance » : vampires, loups-garous, incubes, ondines... Ce sont des démons inférieurs identifiables aux convulsions énergétiques marquant leurs traits. Ils appartiennent au Monde Réel. Celui-ci est décrit dans L'Aegrisomnia de Palinarus au XIVe siècle, un livre écrit par un Faux-semblant à l'usage des Faux-semblants. Les esprits élémentaires régnaient sur l'île qui deviendra le Japon. Après leur installation en Europe, il y eut plus tard une forte immigration en Amérique du Nord. Leur territoire neutre reste en Europe les catacombes de Rome.
Ils vivent dans les fissures de la perception humaine. De faits, ils ne sont pas extravagants, et restent discrets en tout. Ils dissimulent leur « altérité démoniaque » sous une banalité construite de toutes pièces, d'où le terme « Faux-semblants », faire semblant d'être humains. Ils peuvent s'incarner et alors prendre une apparence humaine, ou bien vivent dans un corps humain mort. Ils peuvent déjà avoir une apparence humaine.

_________________
Prend le loup pour frère car il connait l'ordre des forêts



L'esprit suit-il une trajectoire chaotique déterministe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladkergan
Vampire Littéraire
Vampire Littéraire
avatar

Nombre de messages : 1097
Age : 536
Localisation : avec Senhal, Mina et Bagheera
Famille :
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: [auteur] Nancy Collins   Jeu 26 Juil 2007, 07:42

Le traitement du monde des ténèbres chez Nancy Collins est vraiment intéressant et différent de ce qu'on voit d'habitude. Je n'ai pour l'instant lu que la volupté du sang, plus une nouvelle mettant en scène Sonia Blue dans le premier Emblèmes (Oxymore) sur les vampires, mais le style est accrocheur, l'univers intelligement bâti et les personnages intéressants.

Bien dommage que la suite ne soit pas traduite par chez nous, mais ca motive à lire en VO du coup :-)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vampirisme.com/
Rise against
Apatride


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: [auteur] Nancy Collins   Lun 13 Aoû 2007, 13:56

J'ai lu Le Loup debout, et c'est une approche originale du thème de la lycanthropie mais pas deplaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [auteur] Nancy Collins   

Revenir en haut Aller en bas
 
[auteur] Nancy Collins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» Le journal de Tite Kubo! (Les interviews de l''auteur)
» WILKIE COLLINS : le roi du suspens
» [FERME] MIDOMI : Retrouver le titre et l'auteur d'une musique [Gratuit]
» P.G Wodehouse : auteur comique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires :: AUBERGE DES IMMORTELS :: Littérature Vampirique-
Sauter vers: