Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Aidez le forumAidez le forum  

Partagez | 
 

 Baudelaire [oeuvres diverses]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
sephi_cr
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Jeu 03 Nov 2005, 18:29

Citation :
De Profundis Clamavi

J'implore ta pitié, Toi, l'unique que j'aime,
Du fond du gouffre obscur où mon coeur est tombé.
C'est un univers morne à l'horizon plombé,
Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème ;

Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,
Et les six autres mois la nuit couvre la terre ;
C'est un pays plus nu que la terre polaire ;
- Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois !

Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse
La froide cruauté de ce soleil de glace
Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos ;

Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide.
Tant l'écheveau du temps lentement se dévide !


Un petit coup de coeur pour ce poème (qui est le XXX ieme de la Partie Spleen et Idéal des Fleurs du Mal si ma mémoire est bonne) que nous avons adapté musicalement avec mon groupe.

Petit coup de coeur aussi pour le crépuscule du matin (Des Tableaux Parisiens je crois...)

Citation :
LE CREPUSCULE DU MATIN

La diane chantait dans les cours des casernes,
Et le vent du matin soufflait sur les lanternes.

C'était l'heure où l'essaim des rêves malfaisants
Tord sur leurs oreillers les bruns adolescents ;
Où, comme un œil sanglant qui palpite et qui bouge,
La lampe sur le jour fut une tache rouge ;
Où l'âme, sous le poids du corps revêche et lourd,
Imite les combats de la lampe et du jour.
Comme un visage en pleurs que les brises essuient,
L'air est plein du frisson des choses qui s'enfuient,
Et l'homme est las d'écrire et la femme d'aimer.

Les maisons çà et là commençaient à fumer.
Les femmes de plaisir, la paupière livide,
Bouche ouverte, dormaient de leur sommeil stupide;
Les pauvresses, traînant leurs seins maigres et froids,
Soufflaient sur leurs tisons et soufflaient sus leurs doigts.
C'était l'heure où parmi le froid et la lésine
S'aggravent les douleurs des femmes en gésine ;
Comme un sanglot coupé par un sang écumeux
Le chant du coq au loin déchirait l'air brumeux ;
Une mer de brouillards baignait les édifices,
Et les agonisants dans le fond des hospices
Poussaient leur dernier râle en hoquets inégaux.
Les débauchés rentraient, brisés par leurs travaux.

L'aurore grelottante en robe rose et verte
S'avançait lentement sur la Seine déserte,
Et le sombre Paris, en se frottant les yeux,
Empoignait ses outils, vieillard laborieux.
Revenir en haut Aller en bas
Comtesse Victoria
Apatride


Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mar 13 Déc 2005, 12:38

Elle puait comme une fleur moisie
Moi, je lui dis (mais avec courtoisie):
"Vous devriez prendre un bain régulier
Pour dissiper ce parfum de bélier."

j'aime énormément ce passage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selrak
Loup-garou chroniqueur
Loup-garou chroniqueur
avatar

Nombre de messages : 1776
Age : 36
Localisation : Le Mans
Famille :
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mar 27 Déc 2005, 13:19

Je n'ai pas vraiment lu Baudelaire, mais j'apprécie assez un extrait des Fleurs du Mal qui se trouve sur un de mes classeurs, en-dessous d'une belle photo de forêt :

La Nature est un Temple où de Vivants Piliers,
Laissent parfois sortir de Confuses Paroles,
L'Homme y passe à travers des Forêts de Symboles,
Qui l'observent avec des Regards Familiers.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luinil
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mer 28 Déc 2005, 11:25

Beaudelaire écrivait des choses magnifiques. Parfois, on a du mal à déchiffrer ce qu'il entend par ses métaphores. On les comprend chacun différemment, mais cela pourrait être merveilleux si on pouvait savoir ce qu'il avait exactement en tête au moment précis où il l'avait écrit. Délire de tox ou autre chose...Humm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mer 28 Déc 2005, 12:39

je vois pas ce q'uil y aurait de merveilleux à cela. et puis chez les poètes y'a deux options: soit ce qu'ils écrivent est exactement ce qu'ils ont dans la tête soit c'est pas du tout ça. Voilà alors libre à qui que ce soit de trancher sur le choix de baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
senhal
Vampire Littéraire
Vampire Littéraire
avatar

Nombre de messages : 2991
Age : 35
Localisation : Villeurbanne
Famille :
Date d'inscription : 25/04/2005

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mer 28 Déc 2005, 12:54

Luinil a écrit:
Beaudelaire écrivait des choses magnifiques. Parfois, on a du mal à déchiffrer ce qu'il entend par ses métaphores. On les comprend chacun différemment, mais cela pourrait être merveilleux si on pouvait savoir ce qu'il avait exactement en tête au moment précis où il l'avait écrit. Délire de tox ou autre chose...Humm

Même si certaines images resteront surement obscures à jamais, il y a tout de même un grand nombre de choses qui sont limpides, l'analyse de textes ne relève pas des sciences occultes mais de connaissances et techniques précises qu'il faut confirmer par des arguments clairs et Baudelaire n'a pas écrit au hasard : la moindre de ses syllabes est écrite dans un but précis vers lequel tend tout le poème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heksen.fr/
senhal
Vampire Littéraire
Vampire Littéraire
avatar

Nombre de messages : 2991
Age : 35
Localisation : Villeurbanne
Famille :
Date d'inscription : 25/04/2005

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Mer 11 Jan 2006, 14:10

Hein qu'elle est belle mon édition des Paradis artificiels ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heksen.fr/
Stavroguine Oulianov
Primogene Malkavien
Primogene Malkavien
avatar

Nombre de messages : 1778
Age : 28
Localisation : Cité de verre
Famille :
Date d'inscription : 02/04/2006

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Dim 09 Avr 2006, 18:12

Il ne faudrait pas oublier les Spleen de Paris, ils sont tout aussi excellent.
http://www.poetes.com/baud/indexa.htm#TITRES
Anywhere Out Of The World...

Citation :
Une Charogne


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s'élançait en pétillant;
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rhythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'affaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un oeil fâché,
Épiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.

- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion!

Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés!

¬C.Baudelaire

_________________
Non.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hakim
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé
avatar

Nombre de messages : 294
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Sam 04 Nov 2006, 07:01

celui ci est pas mal aussi





Une martyre
DESSIN D'UN MAITRE INCONNU

Au milieu des flacons, des étoffes lamées
Et des meubles voluptueux,
Des marbres, des tableaux, des robes parfumées
Qui traînent à plis somptueux,

Dans une chambre tiède où, comme en une serre,
L'air est dangereux et fatal,
Où des bouquets mourants dans leurs cercueils de verre
Exhalent leur soupir final,

Un cadavre sans tête épanche, comme un fleuve,
Sur l'oreiller désaltéré
Un sang rouge et vivant, dont la toile s'abreuve
Avec l'avidité d'un pré.

Semblable aux visions pâles qu'enfante l'ombre
Et qui nous enchaînent les yeux,
La tête, avec l'amas de sa crinière sombre
Et de ses bijoux précieux,

Sur la table de nuit, comme une renoncule,
Repose ; et, vide de pensers,
Un regard vague et blanc comme le crépuscule
S'échappe des yeux révulsés.

Sur le lit, le tronc nu sans scrupules étale
Dans le plus complet abandon
La secrète splendeur et la beauté fatale
Dont la nature lui fit don ;

Un bas rosâtre, orné de coins d'or, à la jambe,
Comme un souvenir est resté ;
La jarretière, ainsi qu'un oeil secret qui flambe,
Darde un regard diamanté.

Le singulier aspect de cette solitude
Et d'un grand portrait langoureux,
Aux yeux provocateurs comme son attitude,
Révèle un amour ténébreux,

Une coupable joie et des fêtes étranges
Pleines de baisers infernaux,
Dont se réjouissait l'essaim des mauvais anges
Nageant dans les plis des rideaux ;

Et cependant, à voir la maigreur élégante
De l'épaule au contour heurté,
La hanche un peu pointue et la taille fringante
Ainsi qu'un reptile irrité,

Elle est bien jeune encor ! - Son âme exaspérée
Et ses sens par l'ennui mordus
S'étaient-ils entr'ouverts à la meute altérée
Des désirs errants et perdus ?

L'homme vindicatif que tu n'as pu, vivante,
Malgré tant d'amour, assouvir,
Combla-t-il sur ta chair inerte et complaisante
L'immensité de son désir ?

Réponds, cadavre impur ! et par tes tresses roides
Te soulevant d'un bras fiévreux,
Dis-moi, tête effrayante, a-t-il sur tes dents froides
Collé les suprêmes adieux ?

- Loin du monde railleur, loin de la foule impure,
Loin des magistrats curieux,
Dors en paix, dors en paix, étrange créature,
Dans ton tombeau mystérieux ;

Ton époux court le monde, et ta forme immortelle
Veille près de lui quand il dort ;
Autant que toi sans doute il te sera fidèle,
Et constant jusques à la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erzebeth
Vampire assoiffé
Vampire assoiffé
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 41
Localisation : Au plus profond des ténèbres
Famille :
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Baudelaire[oeuvres diverses]   Sam 25 Nov 2006, 08:43

Les promesses d'un visage

J'aime, ô pâle beauté, tes sourcils surbaissés,
D'où semblent couler des ténèbres;
Tes yeux, quoique très noirs, m'inspire des pensers
Qui ne sont pas du tout funèbres,

Tes yeux, qui sont d'accord avec tes noirs cheveux,
Avec ta criniére élastique,
Tes yeux, languissamment, me disent : "Si tu veux,
Amant de la muse plastique,

Suivre l'espoir qu'en toi nous avons excité,
Et tous les goûts que tu professes,
Tu pourras constater notre véracité
Depuis le nombril jusqu'aux fesses;

Tu trouveras au bout de deux beaux seins bien lours,
Deux larges médailles de bronze,
Et sous un ventre uni, doux comme du velours,
Bistré comme la peau d'un bronze,

Une riche toison qui, vraiment, est la soeur
De cette énorme chevelure,
Souple et frisée, et qui t'égale en épaisseur,
Nuit sans étoiles, nuit obscure !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/filthygirl51
seth
Citoyen vampire
Citoyen vampire
avatar

Nombre de messages : 492
Age : 27
Localisation : Au Royaume des Francs
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   Sam 25 Nov 2006, 18:45

Je crois que mon poème de Baudelaire préféré est Une Charogne, c'est incroyable la façon dont laquelle il arrive à faire d'une chose sordide et glauque un poème d'une grande beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baudelaire [oeuvres diverses]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Baudelaire [oeuvres diverses]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» mes petites oeuvres diverses...
» Chefs d'oeuvres (Baudelaire)
» Avis de marché - Vesoul (70) - restauration de textiles, de peintures de chevalet, d'oeuvres graphiques, d'objets de techniques et matières diverses, de céramiques et réalisation de mannequins pour vêtements pour les musées départementaux.
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Les Fleurs du Mal - Baudelaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de discussion de la ville des vampires :: AUBERGE DES IMMORTELS :: Littérature Vampirique-
Sauter vers: